filtres

Rechercher par nom

Rechercher par discipline

Rechercher par formation

Doris Von Drathen

Humanités
Encadrement de Diplômes
Cycle Licence
Cycle Master


PRÉSENTATION


Historienne de l’art, attachée au Centre de recherches Image Act and Embodiment de l’université Humboldt, Berlin, Doris von Drathen consacre ses publications à la théorie de l’art, aux monographies d’artistes et à la critique de l’art [supports : Kunstforum International et Lexikon der Gegenwartskunst (Lexique de l´art contemporain)].

Par son livre Vortex of Silence - Proposition for an art criticism beyond aesthetic categories, Charta 2004, elle créa une iconologie contemporaine dans le sillage de celle d’Aby Warburg fondée vers 1923. Cette publication fut nommée "Meilleur livre d’art de l’année 2004" en Italie, et choisi en tant que livre d’études l’Université de Cornell en 2005. Une série de monographies d’artistes a suivi, entre autres :
- Rebecca Horn, Sculptures, Cantz, Berlin 2004
- Dessins, Cantz 2005
- Pat Steir, Installations, Charta Milan-NY 2006
- Paintings, Charta 2007
- Rui Chafes, Charta 2008
- Rebecca Horn et Jannis Kounellis, Peleires, Palma 2009
- Nalini Malani, Cantz 2010
- Painting Space : Fabienne Verdier, Charta 2012
- Felice Varini, Lars Mueller, Zürich 2013
- Dominik Lejman, Cantz, 2014
- Kimsooja, Pompidou Metz 2015
- Rui Chafes, Bial-Lisbonne 2017
- Susumu Shingu, Mudam Luxembourg 2018
- Rui Chafes - Giacometti, fondation Gulbenkian, Lisbonne-Paris 2019
- en processus de publication : une monographie sur Yannis Kounellis

Actuellement Doris von Drathen travaille sur l’édition de ses recherches sur l’espace dans l’art contemporain menées - surtout dans les ateliers d’artistes - depuis 2005. La thématique de ce projet de livre est : "Les champs magnétiques du vide dans l’art depuis les années 1950 à nos jours". Son hypothèse voit une corrélation entre la sensation de l’espace et l’expérience d’une autonomie. Son titre provisoire est : "Freiraum" [Zone franche].

Doris von Drathen née à Hambourg et basée à Paris, était professeure invitée en cours de master - entre autres : à l’École des Beaux-Arts, Paris (1990-93) ; Architectural Association, Londres (1992-93) ; Rijksakademie, Amsterdam (1997) ; Arco, Lisbonne (1992 et 2008) ; l’École des hautes études, Paris (2004-2005) ; Cornell University, Ithaca, New York (2005-2007) ; Columbia University, New York City (conférences annuelles) ; University Alvaro Aalto, Helsinki (2014). Depuis 2008 elle enseigne à l’ESA.

Ayant fait ses études à Florence, Paris-Sorbonne et Zaragoza, mais surtout à Hambourg dans la tradition de la "science culturelle" fondée par Aby Warburg, les recherches et l’enseignement de Doris von Drathen sont marqués par la pensée transversale de cette nouvelle histoire de l’art initiée par Warburg et son cercle, notamment les philosophes Ernst Cassirer et Edgar Wind et par la suite de John Michael Krois, Ceux-ci sont en lien avec Emmanuel Lévinas et Merleau-Ponty. Aujourd’hui le travail des historiens de l’art Horst Bredekamp, Berlin et de David Freedberg, New York-Rome-Berlin, sont une référence signifiante pour les recherches de Doris von Drathen.

ENSEIGNEMENT(S)

Iconologie
Formation Initiale, Cycle Licence (L1/S1)


La Formation Initiale en Iconologie et en Histoire se divise en 2 cours magistraux qui offrent des apprentissages de bases différentes :

En L1/S1 une introduction à l’iconologie présente une méthode du Regard et offre une initiation à l’écriture de premiers textes de recherche. Le défi sera de construire un texte en : Thématique, Problématisation et Hypothèse et d’associer ces 3 chapitres aux chapitres de la méthode iconologique : Analyse visuelle fine, Analyse conceptuelle, Conclusion et ouverture d’horizon.

Les études iconologiques se focalisent sur les fonctions des images, leurs sens. Les formes sont au service des recherches d’un sens. Nos analyses observent en premier lieu des gestes physiques incorporés en images qui peuvent traverser des époques et cultures totalement différentes. Nos analyses iconologiques incluent bien sûr les œuvres d’art des grandes époques de l’histoire de l’art, mais on inclut aussi des diagrammes des scientifiques comme ceux de Darwin ou d’Einstein, ou encore une publication de notre entourage quotidien. On verra des images apparaître en antiquité et revenir à notre époque. La question sera toujours : quel impact ont ces images sur nous les spectateurs, comment agissent-elles sur nous, comment nous agirons après les avoir vues ?

Une base centrale de nos études est de considérer l’être humain en tant qu’une entité vivante qui est : "corps-esprit-sens". C’est donc le corps entier, les sens et l’esprit inclus qui "voit". Penser cette unicité "corps-esprit-sens" est aussi la base pour percevoir un monde au-delà des frontières. L’iconologie découvre l’œuvre d’art sans vouloir la dominer par des catégories préconçues. Cela veut dire : accueillir l’inconnu, l’étranger, l’autre.

L’étude d’œuvres choisies alterne avec des textes d’artistes et de philosophes. Les œuvres d’art ainsi que les textes seront analysés en détail pendant le cours. L’examen final consistera à écrire un premier Dossier de Recherche.

Histoire de l’Art
Formation Initiale, Cycle Licence (L1/S2)


En L1/S2 les études restent basées sur la Méthode de l’iconologie, mais se focalise sur la problématique de l’Histoire : Qui l’a écrite, quand et pour qui, dans quel intérêt ?

Le point de départ de ce cours sera la Renaissance Italienne, avec sa lutte pour l’autonomie de l’artiste (et de l’architecte). Autonomie basée sur la libération surtout des corporations des artisans et leurs contraintes sur les artistes. Cette liberté est garantie par les cours en Toscane et dans toute l’Italie ; leurs contrats sont restés modèle pour une conception de l’autonomie jusqu’à nos jours.

Voilà une des raisons de relier la Renaissance à l’art moderne et contemporain. Notre cours propose donc quatre époques du XXème siècle en rebonds avec l’art ancien. Thématique centrale : l’Autonomie.

- La Naissance de la Modernité - incluant l’impressionnisme, le futurisme et le Bauhaus
- Après-Guerre : se focalisant sur les Abstract Expressionists : notamment Agnès Martin (« there is no such thing as contemporary art »), Barnett Newman, Mark Rothko.
- Autour de 1968 : La révolte contre les Abstract Expressionists ; les normes esthétiques imposées par une génération sont renversées par la génération suivante et surtout par des personnalités individuelles réclamant leur droit de ne dépendre d’aucune autorité, ni des "pères", ni du marché, ni d’une institution quelconque.
- Second Modernity de 1970 à nos jours : Epoque appelée "contemporaine" faute d’un autre terme, puisque l’histoire est encore trop jeune. Le cours propose d’étudier de nouvelles formes d’expression comme la performance, de nouvelles techniques en peinture comme les matières de couleurs qui réagissent au climat, en sculpture comme la sculpture urbaine qui inclut la participation des habitants, comme l’art investi dans des projets socio-politiques.

La thématique de ce cours, L’autonomie de l’artiste, discute la problématique entre individualité et normes esthétiques, ainsi que le conflit entre mesure individuelle et mesure normée imposée et cherchera à formuler l’hypothèse visant à demander dans quelle mesure, l’autonomie de l’artiste pourrait être un modèle pour chacune et chacun de nous dans la vie quotidienne.

Ce cours crée une transversalité vers les ateliers d’architecture par la thématique sous-jacente de la mesure et travaille en analogie au cours Théorie et Histoire du Projet par le choix du XXème siècle et en faisant rimer les éléments qui construisent l’espace pictural ou une sculpture aux éléments de construction architecturale.

Les œuvres d’art de ce cours sont analysées en détail et juxtaposées aux textes théoriques d’artistes, mais également des philosophes, lus autant en détail, des textes p.ex. de Leornardo, Cézanne, Tony Smith, Agnes Martin, Rebecca Horn, mais aussi de Hans Blumenberg ou de Henri Bergson, d’Amine Maalouf et Emmanuel Lévinas. L’examen final consistera à écrire un Dossier de Recherche complexifié : étude de 2 œuvres, formulation d’un sujet conflictuel et prise de position personnelle par rapport à l’argumentation développée.

Encadrement de Diplômes
Formation Initiale, Cycle Master (M2/S1 - M2/S2)

Bases

Quelques étudiants ont suivi ou des cours en Cycle 1 de Licence, ou des conférences d’artistes invités en Cycle 2, aux Champs Critiques - artistes qui consacrent leur travail aux problèmes socio-politiques de la vie urbaine, artistes qui questionnent les réseaux de pouvoir tissés entre intérêts culturels et immobiliers, qui montrent la dynamique de la création artistique agissant dans un contexte urbain ou encore démontrent par les moyens de l’art l’impact de la nature sur la ville.

Encadrement

Comparables aux artistes, les architectes sont capables de penser avec leurs mains. La simultanéité de 2 capacités est donc demandée : la construction architecturale et la construction textuelle. Une écriture construite en termes et concepts justes, la méthode d’une construction textuelle conditionne la pensée logique architecturale. Cette écriture prendra ses ressorts continuellement en dessins et maquettes. En tant qu’historienne de l’art engagée dans l’écriture et la recherche sur l’art contemporain, mon encadrement mettra l’accent sur la conception en parole du projet-mémoire.

Objectifs

Structurer en détail l’écriture de la recherche, donc, formuler une argumentation, une problématique, une prise de position, une hypothèse. Soutenir les diplômables dans leurs efforts de construire une cohérence personnelle. Renforcer leurs désirs individuels pour animer cette première motivation de travail. Clarifier par ce mémoire-projet une position d’architecte dans le monde d’aujourd’hui et d’un demain - suivant et interprétant les signes de notre temps.

Et surtout : Enrichir le travail des jeunes architectes par des sources en art contemporain et ancien, en littérature et en philosophie - mais, bien sûr aussi, en architecture contemporaine. Donc essayer le plus souvent possible de chercher le lien entre les choses qui nous entourent, ouvrir les portes aux ateliers d’artistes tant que possible. Mesurer la pensée architecturale à d’autres façons de concevoir le monde.

Méthode

Élaborer tout d’abord une structure de texte. La correction de la thèse de recherche sera faite idéalement chapitre par chapitre. Ces relectures seront coordonnées avec l’architecte du binôme, et se feront main dans la main avec la présentation du processus du développement de la construction architecturale. Le plus souvent possible et le plus régulièrement que possible les diplômables exposeront leurs progrès en écriture et maquette, aussi pour surmonter d’ éventuelles inhibitions.

Évaluation

- Formulation d’une raison de ce "Projet-Mémoire" aujourd’hui et à son lieu.
- Clarté de la conception.
- Union entre utilité pour l’habitant et beauté spatiale et plastique.
- Présentation du résultat (et non pas du cheminement… !) par un discours précis, instruit et logique, savoir adresser ce discours à un public.