filtres

Rechercher par nom

Rechercher par discipline

Rechercher par formation

Jana Revedin

Projet d’Architecture
Cycle 1
Cycle 2


PRÉSENTATION


Parcours
Née à Constance (Allemagne), Jana Revedin, docteur en sciences architecturales et urbaines et professeur titulaire d’architecture et d’urbanisme des ENSA, a étudié l’architecture et l’urbanisme à Buenos Aires, Princeton et à l’Ecole Polytechnique de Milan. Elle a commencé à enseigner en tant qu’assistante d’Aldo Rossi à l’Université IUAV de Venise. C’est à l’IUAV qu’elle a présenté son doctorat sur le thème : "Le rôle de l’espace public au service du développement des citoyens et de la démocratie dans la pensée du mouvement réformiste allemand du Bauhaus".

Titulaire d’une habilitation à diriger des recherches délivrée par le Ministère des Universités et de la Recherche d’Italie en 2000, elle a été nommée professeure associée d’architecture et d’urbanisme à l’Université Beuth de Berlin et à l’Université d’Umeå en Suède puis professeur titulaire au Blekinge Institute of Technology à Karlskrona, Suède. En 2016, elle est nommée professeur titulaire d’architecture et d’urbanisme à l’École Spéciale d’Architecture à Paris. Professeure invitée à l’ENSA de Lyon de 2017 à 2019, elle est membre du laboratoire de recherche ENSAL-LAURE "Environnement, ville, société" au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

En 2005, la Commission Européenne l’a nommée commissaire du premier concours étudiant européen d’architecture durable (gau:di), dont les projets lauréats ont été exposés aux Biennales de Venise 2008, 2010 et 2012. En 2006, elle a créé le Global Award for Sustainabe Architecture, qui, sous patronage de l’UNESCO, est décerné chaque année à cinq architectes engagés dans la recherche d’une nouvelle éthique architecturale et urbaine. Ce mouvement a donné naissance à un collectif mondial (70 lauréats mondiaux entre 2007 et 2020), qui se consacre à l’échange et à l’expérimentation scientifiques et professionnels.

Théorie
Sa théorie de "conception radicante" propose la transformation collective de la ville contemporaine. Il s’agit de rompre avec la conception moderniste des formes urbaines, qui ne lisait la ville que par son dessin, et d’élaborer une morphologie "en œuvre ouverte". Utilisant des processus participatifs, la conception radicante s’attache à démontrer par quels moyens le projet, entendu comme processus partagé (par co-programmation, co-conception et co-construction), peut être à la fois modélisable et évolutif.

Depuis 2010, plus de 25 Publications monographiques et plus de 120 articles scientifiques ont étés publiés ou présentés lors de conférences nationales et internationales par Jana Revedin. Elle enseigne, travaille et écrit dans sa langue, l’allemand, ainsi qu’en anglais, français, italien et espagnol.

Reconnaissances
Conceptrice de projets architecturaux et urbains primés, auteure d’ouvrages de référence sur l’architecture et la ville durables et leur enracinement éthique et sociopolitique dans une histoire du mouvement réformiste allemand du Bauhaus dont elle est spécialiste, Jana Revedin a remporté le prix AESOP pour l’excellence de l’enseignement (2013) et le prix mondial du Concours de revitalisation urbaine du logement de masse d’ONU Habitat (2014). Nommée Chevalier des Arts et lettres en 2014, elle a également été honorée par l’Académie d’architecture : Médaille de la direction de thèse de doctorat d’excellence (2016) et Médaille de la prospective (2017). En 2022, elle sera chargée de diriger l’exposition internationale de la Biennale d’Architecture de Versailles.

Voir en ligne : revedin.com

ENSEIGNEMENT


Encadrement de Diplômes
Formation Initiale, Cycle 2, Semestres 3 / 4

Direction d’environ 12 diplômes par an en séminaires transversaux.

Sujets

architecture et ville durables / écologie urbaine / projets expérimentaux / processus participatifs / pédagogie active / émancipation civique

ENSEIGNEMENT


Projet d’Architecture
Formation Initiale, Cycle 1, Semestre 1

L’Ergonomie de l’âme : pour un habitat d’inclusion

Dans le semestre initial de la formation de futurs architectes, nous chercherons à aborder 3 dimensions fondamentales de la conception des espaces architecturaux et urbains que sont : la Protection, le Confort, l’Enchantement.

Avec les étudiants, constitués en équipes synergiques, nous allons créer des Habitats minimaux pensés et construits pour les besoins psychiques de nos sociétés : la Maison des sons, la Maison des mots, la Maison des couleurs, la Maison des lumières, la Maison haptique, la Maison des souvenirs, la Maison du silence...

Carl Gustav Jung et sa théorie de l’inconscient comme force créative nous servira de guide, « L’âme apparait comme la quintessence de la relation. »

Objectifs

« Comme un tableau ou un roman, une construction devient une œuvre collective que chacun peut interpréter à sa manière, au-delà des intentions de l’auteur. » (Aldo Rossi)

Apprendre à bien concevoir des lieux "à la mesure de l’homme" fait partie des fondements de mon enseignement. Cependant, construire ces lieux n’est que le début de la mission de l’architecte. Penser, concevoir et construire l’architecture et la ville de demain, autrement, exige de nombreuses autres capacités :
- La capacité de s’adapter au contexte, à la mobilité des publics, à la flexibilité des usages, à l’implication et à la responsabilisation des acteurs locaux. 
- La capacité de résister à des modèles modernistes obsolètes mais toujours en usage, aux normes, aux lobbies, aux majors de l’industrie.
- La capacité de répondre à l’injonction écologique et sociale que nous posent les défis climatiques et l’épuisement des ressources.

2 approches complémentaires sont au centre de mes recherches :
- ses contextes : social, culturel, économique et environnemental. Cette « approche située » est à mener en interaction avec les habitants et les usagers (associations, pouvoirs publics, experts pluridisciplinaires).
- L’expérimentation de l’interaction du projet avec cette contextualité : insertion d’un modèle inclusif et interactif, à l’échelle architecturale et urbaine, réponses par le projet aux transitions environnementales, sociétales, économiques et sanitaires en cours.
La réunion des deux approches s’inscrit dans le cadre de théories de la conception, récentes, qui proposent la transformation collective de la ville contemporaine a partir de processus participatifs et d’une approche morphologique "en œuvre ouverte" (Umberto Eco) :
- Comment l’architecture, en s’engageant dans un réseau scientifique, culturel et créatif pluridisciplinaire, peut-elle militer pour un habitat inclusif ? 
- Quel nouveau rôle l’architecte peut-il retrouver, dans des sociétés qui vivent un changement de paradigme écologique, économique et sociétal ?
- Comment aider une population à aborder les questions du genre, des minorités, de l’émancipation civique, de la vie collective ... par l’habitat ? Comment entrer en contact avec les habitants d’un quartier dans son ensemble ?
- Comment s’éloigner des « effets de mode » et faire évoluer l’architecture de l’habitat vers des solutions "Right Tech" (accès aux énergies, aux ressources, aux mobilités) ? Comment mener ces expérimentations structurelles, matérielles et technologiques ?

Enjeux

- Organiser une pensée théorique : utiliser des méthodologies et des outils de conception, rechercher des références adéquates et apprendre comment les transposer dans le projet.
- Arpenter le Lieu et son Milieu : Comprendre les enjeux politiques, techniques et humains d’un projet situé, en arpentant le lieu et son milieu.
- Co-programmer : élaborer avec les acteurs des programmes nécessaires c’est-à-dire répondant aux besoins qu’ils expriment.
- Co-concevoir "Right Tech" : développer des économies / écologies circulaires et architecturalement innovantes.
- Imaginer un co-construire des projets situés à l’échelle 1 : mobiliser les parties prenantes.
- Savoir participer activement aux dynamiques des acteurs locaux et mener des dialogues transversaux avec les enseignants interdisciplinaires de l’ESA.
- Communiquer sur le projet et les recherches qui le fondent : du Savoir-faire au Faire-savoir.

Méthode

- Recherches sur le terrain et par le faire (Patrick Geddes).
- Compréhension du lieu et du milieu par data, documents, relevés, arpentages, mappings, dialogues et actions in situ.
- Conception architecturale : protection, confort, enchantement.
- Élaboration technique du projet : structures, matérialités et surfaces ; lumière, son, odorat et toucher.
- Mise en débat des résultats.
- Élaboration de scénarios de co-construction in situ.

Évaluation

- Arpentage du lieu et co-programmation : valeur scientifique des acquisitions interdisciplinaires, pertinence de la problématisation et de la sélection des documents (analyses, mappings, références, ouvrages théoriques, cas d’études).
- Co-conception : posture, unicité dans le suivi des critères (protection, confort et enchantement), faisabilité et présentation (dessins, collages et maquettes techniques et artistiques.
- Co-construction : qualité et réalisme de la fabrication projetée. 
- "Civicité" (Ivan Illich) : évaluation de la capacité de chaque étudiant à travailler en équipe, à transmettre à ses collègues ses positions, informations et expérimentations, à développer un regard critique et à participer activement aux dialogues et aux rendus.